L’art de la substitution: mon expérience de prof de yoga remplaçant

In Non classifié(e) by Valentine Bois

Plus que jamais, faire sa place en tant que prof de yoga dans un marché en pleine croissance nécessite de gagner en visibilité et établir des contacts pour, au final, décrocher des cours fixes. Et pour la plupart des petits nouveaux comme moi, la première étape consiste souvent à faire des remplacements. Un chemin sinueux mais qui vaut largement la peine d’être emprunté. Je m’explique.

 

Les challenges

Être continuellement la “petite nouvelle” pour les différents élèves qui ne s’attendent pas nécessairement à me voir débarquer dans leur routine. Je sens parfois leur réserve au moment où je leur annonce que je vais guider leur pratique, camouflée derrière un “ah, ok, d’accord” mais la plupart du temps ils sont curieux et ouverts à de nouvelles expériences.

Me souvenir (ou pas) des noms, blessures, limitations d’une classe à l’autre, avec parfois un bon mois d’écart entre deux remplacements. J’écoute toujours avec beaucoup d’attention ce qu’on me dit et j’essaie d’imprimer autant d’informations que possible dans ma tête mais l’encre perd en intensité avec le temps alors n’est pas rare que je doive redemander un prénom 5 (ou 10) fois.

Communiquer ouvertement et avec le sourire pour mettre les gens à l’aise dès qu’ils passent le pas de la porte. Donner des instructions faciles à suivre tout au long du cours et les remercier de m’avoir donné l’opportunité de guider leur pratique au moment de dire au revoir. Bien contente pour le coup d’avoir le contact facile.

Me démarquer plutôt que copier qui que ce soit. Alors oui, j’ai mon propre style, avec une énergie particulière et des séquences créatives (inspirées du Forrest Yoga pour la plupart) et non, ça ne plaira pas forcément à 200% à tout le monde. Et c’est ok, pourvu que chacun y trouve un petit quelque chose qui puisse lui servir et le faire se sentir mieux.

Jouer la sécurité en ce qui concerne les habitudes des studios et les préférences des clients. J’essaie toujours de me renseigner à l’avance mais en cas de doute, j’essaie de ne rien imposer. Je laisse les élèves choisir comment installer leurs tapis et je ne mets pas de musique ou seulement des morceaux instrumentaux même si j’ai tous les albums de MC Yogi sur mon smartphone.

Manquer cruellement de feedback. Alors que le prof titulaire se base sur le nombre d’élèves qui viennent régulièrement à ses cours, moi je n’ai pas grand-chose à quoi me fier si ce n’est l’énergie du moment. Ni très factuel, ni très objectif. Alors la prochaine fois que tu pratiques avec un prof remplaçant, pense à lui dire ce que tu as pensé de son cours avant de partir.

 

Les bonus

Evoluer en m’adaptant constamment à différents niveaux de pratique, morphologies, personnalités et environnements, du studio de yoga tout équipé à des salles communautaires en passant par des fitness etc… De quoi élargir mes horizons, sortir de ma zone de confort et gagner en expérience.

Me faire une place sur le marché en 1) créant des contacts avec les profs de yoga et identifier les portes auxquelles frapper pour décrocher des cours fixes et 2) comprenant les besoins de la communauté locale de manière à adapter mon offre au plus proche des attentes.

Aider les autres profs en me rendant disponible quand ils sont en vacances, cloués au lit avec une mauvaise grippe ou en formation pour à leur tour évoluer dans leur parcours. Est-ce qu’ils se souviendront que je leur ai rendu service? Peu importe. Je suis heureuse d’avoir pu rendre service.

Etre libre et flexible, quand un studio me contacte pour un remplacement, d’accepter ou non en fonction de mon agenda et des mes priorités. Et tout en haut de ma liste de priorités se trouvent les cours fixes glanés au fil des remplacements.

 

C’est une aventure super enrichissante de faire des remplacements alors j’en profite pour remercier tous les propriétaires de studios et les profs avec lesquels je collabore pour leur confiance et leur soutien. Sans oublier bien sûr d’exprimer gratitude envers tous les élèves, leur curiosité et la place qu’ils m’accordent dans ta routine «yogique».

 

L’art d’enseigner c’est l’art de favoriser la découverte. Mark van Doren